Paradoxe du coeur

Publié le par polinette

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de deux gros coups de coeur modes que j'ai eu.
Le premier, je suis tombé dessus un peu par hasard en regardant la télé, il s'agit d'un couturier Colombien que je connaissais peu, seul son nom m'évoquait vaguement quelque chose: Aider Ackermann.
Sa collection Automne/Hiver 2010-2011 est juste sublime, je vous laisse jugé par vous même avec ces morceaux choisis:

montage

Les tissus sont lourds, les couleurs sombres. A prioris, tout ce que je n'aime pas, moi qui suis plutôt couleurs et matières légères. Et pourtant, cette collection fonctionne à merveille pour moi. Peut-etre par ce que justement ces matières font de ces vêtements des oeuvres d'art, des sculptures. Les cols des vestes sont travaillés toute en rondeur mais toujours avec ce coté "à vif", les bouts sont pointus et raides. Les pièces semblent tout droit inspirée des végétaux. Vous savez, ces grandes feuilles que l'ont trouvent beaucoup sur les plantes tropicales. Les couleurs sont automnales, sombres et contrastées par les différences de matières.
Mention spéciales à la robe la plus à droites: elle, est noire, en dentelle. A priori, beaucoup plus douces que le reste de la collection. Et pourtant, le fait que les découpes ne soit pas adoucies et soient elles aussi à vifs, confère à cette pièce la même esprit brut et sauvage.
De véritables oeuvres d'art... 

Et s'il est bien une collection artistique et sublime, c'est la dernière collection d'Alexander Mc Queen.
Je sais, beaucoup d'entre vous connaissent sûrement déjà cette colection et je suis probablement un peu en retard mais bon je le fait quand même par ce que c'est vraiment MON gros coup de coeur.

montage-copie-1

Si j'aime cette collection, c'est paradoxalement pour tout le contraire de la collection d'Aider Ackermann. Il y a des couleur flamboyantes (doré, rouge, blanc...), des matières légères, un thème très marqué (pour moi, en tout cas, cette collection me fait réellement pensé aux costumes d'époques, aux étoffes précieuses des rois et reines d'antant...) Des coupes structurées aussi mais plus en légereté. Et puis, les imprimés inspirés de tableaux célèbres que l'on découvre au détour des plis du tissus.
C'est une magnifique collection qu'Alexander McQueen nous a laissé avant de s'en aller. 

Commenter cet article

les métamorphoses d'alice 01/04/2010 19:09


effectivement, tout est sublime!